lunedì, luglio 24, 2017

 

"Etre à Mossoul, c'est une joie empreinte d'une certaine tristesse"

By RCF
Valérie-Anne Maître

Ce lundi une délégation emmenée par le cardinal Philippe Barbarin se rend en Irak. Etienne Piquet-Gauthier, directeur de la Fondation St Irénée à Lyon, fait partie du voyage. Il répond aux questions de Valérie-Anne Maitre.



Le cardinal Philippe Barbarin a tenu parole, il s’apprête à entrer dans la ville libérée de Mossoul (Irak). Il y  a trois ans, alors que les chrétiens de la plaine de Ninive devant la menace de l’Etat Islamique, l’archevêque de Lyon avait promis de venir à Mossoul lorsque la ville serait libre, pour y porter la réplique de la vierge de Fourvière. La statue protectrice des lyonnais, est devenue l’un des symboles du jumelage qui lie les deux diocèses.
Depuis, les lyonnais se sont fortement mobilisés pour aider les réfugiés chrétiens, explique Etienne Piquet-Gauthier, directeur de la Fondation Saint-Irénée, et actuellement en Irak avec le cardinal. La Fondation apporte un soutien matériel et financier, elle porte aussi les messages d’un diocèse à l’autre. Chacun est aussi invité à prier pour les chrétiens d’Irak. 
Depuis lundi, le cardinal Barbarin emmène une délégation française en Irak, répondant à l’invitation du patriarche des chaldéens Mgr Louis-Raphael Sako. Pour ce quatrième voyage, jusqu'au 25 juillet, la délégation devrait se rendre à Erbil, Mossoul et Qaraqosh. L’archevêque de Lyon sera accompagné de plusieurs diacres et prêtres. Mgr Marc Stender, président de Pax Christi, Mgr Michel Dubost, éveque d’Evry, le p. Eric Mouterde vicaire général de Lyon, font partie du voyage. Ils rejoignent Mgr Pascal Gollnish, de l’œuvre d’Orient déjà sur place pour l’installation de statues de la vierge de Lourdes.

This page is powered by Blogger. Isn't yours?